Bandeau 10L.jpg
Vous êtes sur le site wiki.lemordelais.fr


Pompiers d'hier

De Wiki lemordelais.fr
Aller à : navigation, rechercher
Panneau travaux.svg
Cet article est en construction. Isabelle y travaille ; merci de ne pas y apporter de modifications.


Les métiers
Pompiers 04.jpg
Casques de pompiers
Région Drapeau-breton.jpg Bretagne
Département Armoiries-35.jpg Ille-et-Vilaine
Commune Armoiries-mordelles.jpg Mordelles
Evènement Anniversaire
Dates 1934 à 2019
Références
Collection Voir "Source des photos et textes"
Rédacteur(s) I. Birot, A.M. Nédellec
Contact Email2.jpg




Création de la compagnie des sapeurs-pompiers de Mordelles
Armoiries-pompiers.jpg

La compagnie des sapeurs-pompiers de Mordelles fut créée en 1862 suite à l'incendie, l'année précédente, du château de la famille De Farcy. Cet évènement, qui nécessita de grands moyens et aussi l'intervention des pompiers de Rennes, marqua suffisamment les esprits pour conduire à la création d'un centre à Mordelles.
Le 22 octobre 1862, Prosper Vaugeois, alors premier adjoint au maire, fut nommé sous-lieutenant.
25 hommes étaient à ses côtés.


Préambule

Des photos datées des années 1930 à 1970 illustrent cet article. Nous les devons au lieutenant Jean-Luc Touffet, actuel chef de centre de la brigade de Mordelles.
Plusieurs Mordelais, notamment Jean Carret et Pierre Desmortier, l'ont aidé à nommer les pompiers représentés sur ces photos.
Michel David a apporté également sa contribution. Nous les en remercions tous.
Il reste encore quelques incertitudes à lever et certaines personnes n'ont pas pu être identifiées. Parmi celles pour lesquelles nous avons proposé un nom, des erreurs ont pu également se glisser. Nous comptons donc sur votre aide.

Avant la seconde guerre mondiale

Pompe à bras

A cette époque, il n’y a pas de caserne. Les pompiers occupent un petit local attenant à la mairie[1] où ils stockent leur matériel. Ce n'est en effet qu'en 1985 qu'ils s'installent dans le centre de secours près de la gendarmerie.
Pour mémoire, ce local a eu également une autre fonction puisqu'il a été utilisé par les Allemands, pendant la seconde guerre mondiale, pour emprisonner les résistants mordelais avant de les transférer à la prison de Rennes et de les déporter.
Lorsqu'un incendie se déclare, la population mordelaise est alertée par le son du tocsin, remplacé en 1954 par une sirène.
Jusqu'en 1927, les pompiers utilisent comme unique matériel une pompe à bras qu'ils tractent, eux-mêmes ou grâce à des chevaux, jusque sur les lieux de l’incendie. Cette pompe est actionnée manuellement, elle est d'ailleurs à l'origine du mot « pompier », le pompier étant le mécanicien spécialisé dans le fonctionnement des pompes.
A l'appel du tocsin, les Mordelais proches de l'incendie se mobilisent pour apporter leur aide en faisant la chaîne avec des seaux d’eau pour alimenter la pompe à bras.
En 1927, la pompe à bras est remplacée par une motopompe sur remorque. Il n’y a pas encore de camion de pompier pour la tracter. C'est donc Louis Bigot[2], qui, bénévolement, utilise sa camionnette pour atteler la motopompe et la tracter jusque sur le lieu de l’incendie.
A cette époque, les puits sont très nombreux à Mordelles et les pompiers trouvent assez facilement de l’eau pour remplir leur mission.
A titre d'anecdote, madame Métayer, épouse du notaire de Mordelles[3], sera la marraine de cette motopompe.
Michel David se souvient : "lors de l'épiphanie, Madame Métayer apportait plusieurs galettes qu'elle proposait aux pompiers. Beaucoup préféraient alors avaler la fève plutôt que d'avoir à payer un verre à l'ensemble des personnes présentes ainsi que le réclamait la tradition !"

En 1934

La première photo ci-dessous date de 1934. Avec celle de 1937, elle fait partie des photos pour lesquelles il est le plus difficile de mettre un nom sur chaque visage sans hésitation.
Voici donc quelques noms des personnes présentes, toujours en allant de la gauche vers la droite.


Les sapeurs-pompiers de Mordelles
Pompiers 1934


Au premier rang : Galerne (?), sous-lieutenant Louis Costo, ???, ???, Célestin Hervé.
Au second rang : ???, Marcel Evrard (?), ???, Jean David, Alphonse Brière.
Au troisième rang : André Bouget, ???, ???, Pierre Guille, ???, Pierre Libiot, ???.
Tout en haut : Léon Souhal, ???, Marcel Berthelot.

Louis Costo fait partie des pompiers dont les Mordelais se souviennent. Il entre chez les sapeurs-pompiers de Mordelles en 1920. Le 3 juin 1934, il est promu sous-lieutenant et chef de corps.
En 1942, il accède au grade de lieutenant, puis prend sa retraite avec le grade de capitaine honoraire en 1960.
Ce sont ainsi 40 années de service dont 26 comme chef de centre qu'il comptabilise.
Louis Costo et Pierre Libiot sont les 2 grands-pères de Jacques Costo, lui-même pompier à Mordelles de 1976 à 2010 et chef de centre de 1980 à 2010.

En 1937

La photo suivante date de 1937.

Les sapeurs-pompiers de Mordelles
Pompiers 1937


Au premier rang : Constant Bigot, sous-lieutenant Louis Costo, ???, Jean David.
Au second rang : Joseph Berthier (?), Célestin Hervé, Marcel Berthelot.
Au dernier rang : Florent Barbier, Marcel Evrard (?), Joseph Gentil dit "Manu", ???.

Les années 40 à 50

En 1947


Les sapeurs-pompiers de Mordelles
Pompiers 1947


Agenouillés au premier rang : Henri Guinard, Marcel Berthelot, Henri Kervalet, Roger Brière, Joseph Biet.
Au second rang : Constant Bigot, Madame Métayer, Louis Costo, la comtesse Yvonne de Toulouse-Lautrec, Alphonse Brière (père), Henri Costo, Pierre Libiot.
Au troisième rang : André Bouget, Pierre Carret, le comte Robert de Toulouse-Lautrec, Pierre Guille, Célestin Hervé, Louis Morice, Paul Girot, Joseph Berthier, Constant Tréluyer.

Côté équipement matériel, 1947 est une date importante puisqu'elle voit livrer, pour la première fois, un FIN soit un "Fourgon Incendie Normalisé". Un grand pas est alors franchi dans l'équipement des sapeurs-pompiers.
Ce véhicule est agencé pour transporter et le matériel et le personnel.

En 1950

La brigade se compose alors de 15 sapeurs toujours sous la houlette du lieutenant Louis Costo. Ce dernier, pompier de 1920 à 1960, accède en effet en 1942 au grade de lieutenant.
La photo ci-dessous est prise à l'occasion de la fête de la Sainte Barbe, devant le café Costo situé alors au numéro 9 de la "rue des déportés".
A noter que chaque année, un café différent est choisi.
La totalité de la brigade, à l'exception de Paul Girot, est représentée sur la photo.

Les sapeurs-pompiers de Mordelles
La brigade en 1950
au premier rang : Lieutenant Louis Costo, Sergent Marcel Berthelot, Henri Kervalet, Henri Guinard, Joseph Biet, Henriette Costo fille, Henriette Costo mère, Roger Brière, Maryvonne Costo, Marcel Costo.
au second rang : Louis Morice, Pierre Carret, Alphonse Brière, Florent Barbier, caporal André Bouget, Henri Costo, Constant Guinard, Clément Costo, Pierre Guille, sergent Pierre Libiot (un peu masqué), Joseph Berthier, Madeleine Costo, Maurice Costo.

En 1952

Les sapeurs-pompiers de Mordelles
Pompiers 1952

Au premier rang : Pierre Libiot, Louis Costo, Roger Brière, Henri Costo, Paul Girot, André Bouget.
Au second rang : Alphonse Brière, Célestin Hervé, Pierre Carret, Louis Morice.
Tout en haut : Joseph Berthier, Henri Guinard, Henri Kervalet, Joseph Biet, Constant Tréluyer ou Roger Brière (?), Marcel Berthelot ou Michel Guille (?).

Les années 60

En 1960

Les sapeurs-pompiers de Mordelles
Pompiers 1960m.jpg


En 1962, un second camion de type GMC vient renforcer le FIN.

Fin des années 60

Il est plus difficile de dater cette photo avec précision. Le calendrier des pompiers indique 1973 alors que Louis Lefranc, présent, est décédé en septembre 1970.

Les sapeurs-pompiers de Mordelles
Pompiers fin des années 60

Des pompiers émérites

Louis Costo
André Bouget

Mordelles a toujours su mettre à l'honneur ses pompiers comme le montre la photo ci-contre et à gauche prise en 1977 : Louis Costo (à droite sur la photo), capitaine honoraire du corps des sapeurs pompiers, après 41 années de service dont 26 comme chef de corps, reçoit la Légion d’Honneur des mains de Guy David, alors maire de Mordelles.
Louis Costo est également un ancien sergent du 124e R.I. (classe 1916), titulaire de la médaille militaire, de la croix de Guerre, de la médaille de Verdun et de la médaille de la Somme et interalliés.
C'est André Bouget qui, en 1960, prend sa suite à la direction des pompiers.
Citons[4] également Marcel Evrard, pompier de 1930 à décembre 1943, arrêté par les Allemands et décédé le 27 avril 1945 en déportation.

En 2019

Depuis 1862, Mordelles bénéficie donc d'une brigade de pompiers, lesquels ont eu d'abord le statut de "bénévoles", puis celui de "sapeurs-pompiers volontaires" en 1996.
Des années 70 à nos jours, les moyens matériels, techniques et humains du centre de secours ont fortement évolué.
Quinze pompiers en 1950 contre 34 en 2010, puis 40 en 2019.
Le parc des véhicules s'est étoffé avec un fourgon pompe tonne, un véhicule de secours et d'assistance aux victimes, un véhicule secours médicalisé, un véhicule utilitaire, une fourgonnette et une embarcation. En 1982, en plus des incendies et des catastrophes naturelles, les pompiers ont été formés à l'intervention dans le domaine du secours d'urgence à la personne incluant les accidents sur la voie publique.
Le centre qu'ils occupent près de la gendarmerie a été agrandi fin des années 90.
Composé en décembre 2018 de 38 sapeurs-pompiers volontaires dont 4 femmes, le centre d'incendie et de secours de Mordelles intervient sur deux communes limitrophes : Chavagne et Mordelles. Deux nouvelles recrues sont attendues le 1er janvier 2019.
Le Lieutenant Jean-Luc Touffet (12e en titre) en est l'actuel chef de centre. Il a succédé à Jacques Costo en octobre 2010.

Source des photos et textes

M. Costo, archives A.M. Nédellec, collection privée, J. L. Touffet, J. Carret, P. Desmortier, M. David.

Notes et références

  1. Ce petit local était situé à gauche de l'hôtel de ville. Il n'existe plus aujourd'hui.
  2. Louis Bigot : le père d'Angèle Thézé et de Louis Bigot.
  3. Maître Métayer succède à Maître Francis Bestin, notaire à Mordelles, qui décède le 10 juillet 1927 à l'âge de 57 ans.
  4. Extrait du discours du Lieutenant Jean-Luc Touffet, actuel chef de centre. Discours prononcé à l'occasion du 150e anniversaire du centre d'incendie et de secours de Mordelles.