Bandeau 10L.jpg
Vous êtes sur le site wiki.lemordelais.fr


Les châteaux et manoirs

De Wiki lemordelais.fr
Aller à : navigation, rechercher
Les Bâtiments
Haichois 02.jpg
Château de la Haichois
Région Drapeau-breton.jpg Bretagne
Département Armoiries-35.jpg Ille-et-Vilaine
Commune Armoiries-mordelles.jpg Mordelles
Type Châteaux et manoirs
Classé Logo-patrimoine-bretagne.jpg Patrimoine Bretagne
Inscrit Logo BNF 01.jpg 4 châteaux mordelais
Références
Collection R. Birot
Rédacteur(s) I. Birot
Archives R. Birot






Introduction
Information 02.jpg

D'anciens registres recensent sur la commune de Mordelles plus de 30 manoirs et châteaux.
Quatre parmi les cinq châteaux actuels sont protégés au titre des Monuments Historiques[1]. Beaucoup de manoirs ont été déclassés et transformés en fermes, voire ont disparu.
Les photos présentées ci-après, la plupart prises d'avion en 2012, donnent un bon aperçu des châteaux et manoirs encore conservés sur Mordelles. Le positionnement de ces bâtisses seigneuriales sur la carte de Mordelles démontre l'importance des cours d'eau du Meu et de la Vaunoise quant au choix de leur implantation.
Cet article est loin d'être terminé, il sera complété ultérieurement.


Les Châteaux

Le château de La Chesnaie (ou Chesnaye)

Famille de Farcy

Il est situé près du bourg de Mordelles, sur la route de l'Hermitage. Construit sur le site d'un ancien manoir, il[2] appartient à deux périodes[3] différentes de construction : XIXe siècle et 4e quart du XIXe siècle.
Cet édifice de plan symétrique a très fière allure avec son corps central flanqué de deux pavillons rectangulaires et de deux tourelles.
Sa toiture centrale est surmontée d'un lanternon.
C'est une propriété privée qui n'est pas inscrite au titre des Monuments Historiques.

Chesnaye 01.jpg

Chargement de la carte…


Logo BNF 01.jpg Le château de La Haichois

Il est édifié en 1888 par l'architecte et décorateur Ambroise Baudry pour le comte Odon de Toulouse-Lautrec et son épouse Emilie Odette Le Mélorel de la Haichois. Situé à l'est de Mordelles, il est construit sur le site d’un ancien manoir datant du XVIIème siècle dont il ne reste aujourd’hui aucun document.
Le château de la Haichois se distingue complètement du patrimoine architectural mordelais du XIXème siècle. En effet, Ambroise Baudry, ayant effectué l'essentiel de sa carrière en Egypte, s'est très largement inspiré de son expérience et de ses voyages pour réaliser le château. Ce dernier se révèle ainsi être une œuvre d'importation majeure et apparaît comme totalement atypique. La construction du château se termine en 1900.
Il est inscrit aux Monuments Historiques depuis 2007.

La Haichois

Chargement de la carte…


Logo BNF 01.jpg Le château de Beaumont

Le château de Beaumont dont les anciennes dépendances ont été transformées en restaurant est situé non loin de la RD34 entre Mordelles et Le Rheu.
[4]Le château de Beaumont est implanté sur un ancien site de motte castrale qui a conservé une bonne lisibilité de la majorité de ses structures d'origine. Il semble avoir alors été constitué par : une motte castrale dominant une grande basse-cour rectangulaire, située au sud, bordée d'un côté par un étang (ou même l'incluant) et peut-être défendue à l'angle sud-est par une petite motte de guet ; au nord, par une seconde basse-cour comportant en son centre, soit une seconde motte plus petite, soit une butte avec un moulin (cette butte, encore visible sur le cadastre napoléonien, a été arasée dans le courant du XIXe siècle ou au début du XXe siècle). La grande motte et ses fossés existent toujours, de même que les levées de terre entourant la basse-cour principale, l'étang et les anciennes douves réaménagées par la suite.
A la fin du XIVe siècle, l'ensemble se composait de la motte, d'un château (maison-forte, manoir ?), d'une chapelle (qui existe toujours) édifiés dans la grande basse-cour et de douves.
Le château, en ruine dès le début du XVIIe siècle, fut remplacé en 1686 par un nouveau corps de logis, bâti à la moderne et complété au XVIIIe siècle par deux pavillons, au XIXe siècle par des communs et une serre. Les levées de terre ont été plantées de charmille et les anciennes douves ont servi à l'implantation d'un réseau hydraulique.
Le corps de logis, constitué d'un corps central flanqué de deux pavillons, a conservé son élévation et ses toitures d'origine, à l'exclusion des petites lucarnes postérieures et de la terrasse ajoutée entre les deux pavillons au début du XXe siècle. L'intérieur, en revanche, a été modifié au XIXe siècle mais a conservé en place le très bel escalier d'origine.

Ce château est inscrit au titre des Monuments historiques depuis 1995.

Beaumont 2.jpg

Chargement de la carte…


Logo BNF 01.jpg Le château d'Artois

Le château d'Artois ou de la Rivière-d'Artois se trouve au bord du Meu entre Mordelles et Talensac. Il s'agit de la plus grande des constructions élaborées par l'architecte du parlement de Bretagne, Salomon de Brosse.
[5]Reconstruits peu avant 1680 à l’emplacement d’un ancien manoir, pour René de la Porte, le château et ses dépendances - aile de communs, douves, moulin, orangerie et chapelle dédiée à la martyre Sainte-Christine - représentent un ensemble d'une grande qualité architecturale, exemple représentatif d’un domaine rural noble bien conservé. Le château, peu modifié depuis le XVIIe siècle, a conservé une grande authenticité malgré un incendie en 1939, avec ses 365 ouvertures, sa terrasse entourée de douves et accessible par un pont, ses cheminées, ses décors intérieurs et son escalier rampe sur rampe. Il porte sur le fronton d'entrée la date de 1645. L’aile des communs, probable réutilisation de l’ancien manoir, a été habilement intégrée à la composition d’ensemble du nouveau château. Le site présente également une grande qualité paysagère, avec notamment le grand tapis vert correspondant à l’emplacement des anciens parterres, sa passerelle enjambant le ruisseau et son moulin. Le domaine d’Artois a été inscrit au titre des monuments historiques en raison de la grande homogénéité de son architecture et de ses décors intérieurs de belle facture, appartenant à la typologie des demeures de parlementaires rennais.
L'ensemble du domaine d'Artois a ainsi été inscrit en 2014[6], soit : le logis et le bâtiment des communs en retour, la chapelle Sainte-Christine, l'ancien moulin, les communs à l'ouest du château, l'orangerie, les murs d'enceinte, les douves, la motte castrale située sur la commune de Talensac et le sol d'assiette des parcelles du château.

Artois 4.jpg

Chargement de la carte…


Logo BNF 01.jpg Le château de la Ville du Bois

Il est situé sur la route de l'Hermitage (D287), au nord de Mordelles. Le château est composé d'un ensemble de bâtiments construits entre le milieu du XVIIe siècle et la toute fin du XIXe siècle.
Centre protestant durant les guerres de la Ligue, le manoir médiéval est transformé en une longue bâtisse très sobre où le pan de bois et la terre sont largement utilisés. Un ensemble de communs datant des XVIIe et XIXe siècles ainsi qu’une chapelle d’époque Louis XIV complètent ce programme architectural. Cet édifice illustre l’adaptation d’un domaine noble aux évolutions de son temps et aux nouvelles manières de s’approprier l’espace et l’habitat.
Il inscrit au titre des monuments historiques en 2014[7]. Sont ainsi protégés : le logis, la chapelle, l'aile des anciens communs pour ses façades et toitures, les communs 19e siècle (bâtiment principal, colombier et grange attenante, mur de l'ancienne serre) pour leurs façades et toitures, la basse-cour pour son sol d'assiette, le jardin potager en totalité, le lavoir pour ses façades et toitures et son bassin, le parc paysager avec ses avenues, allées, douves et pièce d'eau en totalité.

Villedubois 2.jpg

Chargement de la carte…


Logo BNF 01.jpg Le château de La Haute-Forêt

Situé à Bréal-sous-Montfort, il ne devrait pas figurer dans cet article traitant des châteaux mordelais. Toutefois, il est si majestueux et si proche, n'étant séparé de Mordelles que par la largeur du Meu, que nous l'avons inclus dans notre patrimoine (cette décision n'engage bien entendu que les rédacteurs de ce site).
[8]Un manoir existe en ce lieu aux XIVe et XVe siècles.
En 1858, la construction du château actuel est entreprise par l'architecte Jacques Mellet. De style mi gothique - mi Renaissance, l'édifice s'inspire des châteaux du Val de Loire. La porterie est construite en 1866. L'édifice présente un corps de bâtiment rectangulaire, encadré de deux tours octogonales rattachées latéralement par des corps plus étroits. Le corps principal est cantonné de tourelles en encorbellement, la travée de chaque façade étant marquée par un traitement décoratif privilégié.
L'organisation intérieure du château est entièrement conservée, hormis un bureau du rez-de-chaussée transformé en cuisine. Le décor intérieur de style Louis XVI est bien conservé (sols, lambris, plafonds, cheminées...).
Le parc paysager s'orne de statues. L'ancienne métairie est construite en pans de bois et terre, à la même époque que le château. Elle a été entièrement réaménagée intérieurement.
Ce château est inscrit aux Monuments Historiques depuis 2007.

Haute Foret.jpg

Chargement de la carte…


Les manoirs

Quatre parmi les cinq manoirs sont présentés ci-après. Il manque en effet le manoir de la Ville-Chevron qui est maintenant une ferme.

Région Bretagne
Le manoir de la Haye

Le manoir de la Haye est situé à environ 3 kilomètres au nord-est du bourg de Mordelles.
Le corps de logis central a été construit à la fin du XVIIIe siècle tandis que les 2 petites ailes, que vous pouvez apercevoir en rez-de-chaussée, ont été ajoutées à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Le plan est parfaitement symétrique.

[9]Il semble avoir été construit à l’emplacement d'un ancien manoir du XVIe siècle. Il ne reste de cette époque que le corps d'entrée à porte charretière et porte piétonne permettant d'accéder directement à la cour du manoir. Comme de nombreux manoirs du bassin de Rennes, il était en partie cerné de douves au sud et et à l'ouest de l'assiette du manoir. Ces douves au tracé régulier étaient intégrées à un véritable réseau hydraulique alimenté par les ruisseaux environnants et destiné à alimenter plusieurs viviers.
Si ce réseau hydraulique a largement disparu aujourd'hui, hormis un étang situé au nord du site, la confrontation du cadastre actuel avec celui de 1829 nous informe également sur l'évolution de la cour du manoir et sur la disparition de plusieurs bâtiments. Sur le plan de 1829, la cour étaient cernée par trois corps de bâtiments organisés en U : le manoir au nord et un alignement de plusieurs communs à l'est et au sud de la cour. Cet ensemble fermant la cour a été amputé en partie sud, probablement durant la seconde moitié du XIXe siècle.

La Haye.jpg

Chargement de la carte…


La façade principale du logis ordonnancée en cinq travées est aspectée au sud. Les trois travées centrales rapprochées, surmontées de grandes lucarnes à fronton triangulaire et rythmées par des pigeâtres installés sous la sablière, déterminent un corps central. Les encadrements d'ouverture sont en bois. Le niveau de comble habitable est surmonté d'un toit à croupes couvert d'ardoises et orné d'une crête en métal qui court le long du faîtage. La façade méridionale offre les caractères architecturaux de la fin du XVIIIe siècle (recherche de sobriété, simplification des formes, façade dépouillée de tout artifice, lucarnes rectangulaires surmontées d'un fronton...). Les pignons sont flanqués de deux petites ailes basses couvertes d'un toit à deux versants. Leur façade présente une ordonnance de pilastres en ciment.

Famille Robinault
L'aile ouest conserve une fenêtre avec un vitrail datant du XVIIe siècle qui constitue un possible réemploi d'un élément provenant de l'ancienne chapelle manoriale. Au dessus de la porte d'entrée est installée une pierre sculptée représentant les armoiries de la famille des Robinault : "de sable, à l’aigle éployé d’argent, becqué et membré d’or".

La façade septentrionale est flanquée d'un pavillon rectangulaire surmonté d'un toit à croupes et léger coyau couvert d'ardoises. Une lucarne à fronton triangulaire est visible au niveau du comble, ainsi que deux oculi sur les versants nord et sud de la toiture.

Région Bretagne
Le manoir de la Saudrais

[10]Constitué d'un logis et de plusieurs communs, le manoir de la Saudrais est construit durant la seconde moitié du XVIIIe siècle probablement sur le site d'un manoir plus ancien. Les bâtiments qui composent le manoir actuel sont partiellement signalés sur une carte datant de 1784.
Il est implanté au nord-ouest de la commune de Mordelles, le long de la vallée du Meu sur la rive orientale du cour d'eau. Le logis se présente sous la forme d'une grande maison composée d'un rez-de-chaussée, d'un étage carré et d'un étage de comble. Les murs sont élevés en maçonnerie de moellons de schiste recouverts d'un enduit. Quatre travées régulières rythment la façade principale aspectée au sud. La façade antérieure est, quant à elle, ordonnée en trois travées. Au rez-de-chaussée de cette façade, deux oculi sont visibles. Le toit à longs pans brisés est percé de lucarnes étroites.

Saudrais 01.jpg

Chargement de la carte…


Le logis est flanqué sur son pignon est d'un petit pavillon à un étage, couvert également d'un toit brisé et percé sur les deux façades d'une lucarne. Vers l'ouest se trouvent les communs composés notamment d'un logis, d'une écurie et d'une remise. Ils se présentent sous la forme d'un long bâtiment en terre avec un comble à usage de grenier accessible par trois gerbières. Le bâtiment comprend un corps central flanqué de deux ailes légèrement saillantes.

Région Bretagne
Le manoir du pressoir

Très vraisemblablement le mieux connu des Mordelais puisque situé en ville et mis à la disposition de l'école de musique de la Flume.
[11]La chapelle Saint-Gobrien de l'ancien prieuré fut édifiée sur ce site au XIIe siècle et dépendait de l'abbaye Saint-Melaine de Rennes. Reconstruit en 1642, l'édifice est détruit au milieu du XIXe siècle, puis remplacé par une demeure aux allures de maison bourgeoise.
Dès le XVIe siècle, un manoir est construit à proximité de l'ancienne chapelle et prend le nom de "manoir du Pressoir" par la présence d'un ancien pressoir banal. Déclassé en ferme, le corps de logis a complètement été réhabilité en 2013.
Une ferme était autrefois installée au nord du lieu-dit. Elle fut détruite pour laisser place à une maison de retraite. Le cadastre de 1829 renseigne sur l'ancienne organisation du domaine situé à l'entrée sud-ouest du bourg et sur la rive orientale du Meu. Le site du Pressoir se composait à cette époque de trois bâtiments distincts : le corps de logis de l'ancien manoir au sud, la chapelle à l'ouest et une ferme plus au nord. La façade sud du logis manorial s’ouvrait sur un grand jardin de plan carré appelé "le jardin du Pressoir" (parcelle n° 182).

Le pressoir.jpg

Chargement de la carte…


Région Bretagne
Le manoir la Péronnais

De tous ceux que nous venons de vous présenter, c'est celui qui a le moins bien résisté au temps. Il faut souligner que c'est le plus ancien puisqu'il daterait du XVIe siècle et qu'il est entièrement en "pisé". C'est aujourd'hui une ferme. Il a malheureusement perdu l'une de ses deux tours, détruite en 1936. Vous voyez, sur la photo ci-dessous, celle qui subsiste encore.
[12]L'ancien manoir de La Péronnais est situé à l'ouest de la commune de Mordelles, à proximité de la rivière de La Vaunoise. Signalé lors de la levée du cadastre napoléonien en 1829, il présente un plan en U. Un corps de logis central est encadré par deux ailes perpendiculaires. A l'angle formé par l'aile orientale, se trouve une tour circulaire dont les murs sont élevés en terre crue. A l'intérieur, un escalier de bois en vis permet d'accéder à l'étage. Le toit conique de la tour est surmonté d'un épi de faîtage en plomb. L'ensemble a subi de nombreux remaniements tout au long du XXe siècle, notamment pour ce qui concerne les ouvertures.

La peronnais.jpg

Chargement de la carte…


Situation d'ensemble (carte)

  • Les châteaux ont un marqueur bleu
  • Les manoirs ont un marqueur vert
  • L'église (repère de base) a un marqueur violet


NB : le nom du bâtiment apparait en passant la souris sur le marqueur

Chargement de la carte…

Sources des photos

Y compris les vues d'avion : R. Birot

Notes et Références

  1. Logo BNF 01.jpg Les informations sur les inscriptions aux Monuments historiques sont issues de la base de données "Architecture (Mérimée)" du site gouvernemental "http://www.inventaire.culture.gouv.fr/"
  2. Château de la Chesnaie, référence Mérimée IA00007854.
  3. Château de la Chesnaie, souce : patrimoine-de-france.com.
  4. Château de Beaumont, source : site www2.culture.gouv.fr, référence PA00135275.
  5. Château d'Artois, sources : site culture.gouv.fr, conservation régionale des monuments historiques.
  6. Château d'Artois, sources : préfecture de Bretagne, recueil des actes administratifs, recueil n° 611 du 10 juillet 2014, site raa.bretagne.sit.gouv.fr, référence PA35000058.
  7. Château de la Ville du Bois, sources : site monumentum.fr. Fiche Mérimée PA35000057.
  8. Le château de la Haute-Forêt, souce : www2.culture.gouv.fr, référence PA35000029.
  9. Manoir de la Haye. Source : inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr
    Région Bretagne
  10. Manoir de la Saudrais. Source : inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr
  11. Le manoir du Pressoir. Source : inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr
  12. Manoir de la Péronnais. Source : inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr