Bandeau 10L.jpg
Vous êtes sur le site wiki.lemordelais.fr


Moulins mordelais

De Wiki lemordelais.fr
Aller à : navigation, rechercher
Les bâtiments
Moulin-cramoux 02.jpg
Le moulin de Cramoux
Région Drapeau-breton.jpg Bretagne
Département Armoiries-35.jpg Ille-et-Vilaine
Commune Armoiries-mordelles.jpg Mordelles
Type Moulin à eau
Références
Rédacteur(s) I. Birot, R. Birot






Mordelles et ses moulins à eau
Note.jpg

Traversée par deux cours d'eau, le Meu et la Vaunoise, la commune de Mordelles compte autrefois plus de moulins que les autres communes du Canton. Au XIXe siècle, on en dénombre au moins cinq. Le nombre exact peut être sujet à controverse. En effet, les limites de territoire ne sont pas toujours évidentes surtout lorsqu'elles sont matérialisées par un cours d'eau. Citons par exemple le moulin de Cramoux qui, pour certains, est à Bréal et pour d'autres, à Mordelles ou encore celui de Tréjouan à Talensac ou à Mordelles suivant les interlocuteurs.
Certains sont rattachés à des châteaux pour lesquels ils sont une source de revenus non négligeable.


Le moulin de Mordelles

Tout d'abord, le plus connu : le moulin de Mordelles. Construit en 1656 sur le Meu [1], il dépend alors du domaine seigneurial d'Artois. En 1818, la Comtesse de Rochemure, propriétaire du moulin et du château d'Artois, demande l'autorisation d'y établir une minoterie.
Tout début du 20ème siècle, le moulin est à plein rendement car il cumule l'énergie hydraulique et la vapeur (présence d'une chaudière à vapeur), le tout actionnant 3 paires de meules.
La minoterie Hubert-Baudoin et Cie cesse son activité en 1971. Sur la photo ci-dessous, vous distinguez 2 bâtiments accolés : à gauche, la minoterie composée d'un étage de soubassement, d'un rez-de-chaussée surélevé et de 3 étages carrés et à droite, le bâtiment d'eau abritant la roue à aubes verticale.
Michel David, l'un de nos aînés, se souvient : alors que pendant la seconde guerre mondiale, les Allemands occupent l'école du Frère Emilien[2], les bâtiments situés à gauche, dans l'axe perpendiculaire à la minoterie, sont utilisés pour accueillir les enfants et leurs instituteurs. Pour qu'en période d'inondations, ils puissent malgré tout accéder au bâtiment, Jean David [3], alors maçon, apporte des parpaings et des madriers pour recouvrir le sol et faire une sorte de passerelle.

Le moulin de Mordelles sur le Meu


L'endroit, resté longtemps ouvert aux promeneurs, est maintenant clos car son propriétaire actuel, Jacques Hubert, a entamé de grands travaux de restauration en 2011. Le moulin est aujourd'hui aménagé sous l'appellation "Ilot du Moulin" pour l'organisation de séminaires et réceptions. Des chambres d'hôtes sont également mises à disposition.

Le moulin du château d'Artois

Ensuite, le moulin du château d'Artois situé à l'intérieur du domaine et perpendiculairement au tracé du Meu.
En fait, à l'origine, il n'y a pas un mais deux moulins. Tous deux sont proches, à quelques mètres d'intervalle, l'autre moulin étant installé sur la rive gauche du biais.
Aujourd'hui, il ne reste plus que celui que vous pouvez découvrir sur la photo ci-dessous. Construit en moellons de schiste, il a cessé de fonctionner courant des années 50. Pendant les dernières années de son exploitation, un moteur de tracteur est utilisé pour pallier les défaillances de la roue. Cette dernière (verticale) est toujours en place, ainsi que vous pouvez le voir, mais elle est très abîmée.

Le moulin du château d'Artois sur le Meu

Le moulin de Chouan

Puis, le moulin de Chouan sur la rivière la Vaunoise [4]. Ce moulin, propriété privée inscrite au Patrimoine, date de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est en très mauvais état, totalement envahi par la végétation et ne fonctionne plus depuis longtemps aux dires des habitants proches. Une autre bâtisse de taille similaire lui fait face de l'autre côté de la route, c'était une petite ferme La Prie, occupée par la famille Nizan. Son état est également fortement dégradé.
[5]Destiné à moudre la farine, le moulin de Chouan est installé à quelques centaines de mètres en aval du moulin du Pont. Le cadastre napoléonien de 1829 indique la présence d'un large bassin de retenue qui permettait également d'alimenter en eau les équipements hydrauliques du château de la Ville du Bois (douves, viviers, étangs) situé 500 mètres au sud-est, dont le moulin dépendait.
Le moulin de Chouan tire son nom de la famille propriétaire du domaine de la Ville du Bois au XIVe siècle.
Le remploi de pierre de taille moulurée en calcaire pour les jambages de la porte d'entrée témoigne d'une implantation potentiellement plus ancienne d'un moulin sur ce site. De plan rectangulaire, le bâtiment accueillant le moulin est implanté perpendiculairement au tracé de la rivière La Vaunoise. Il se compose d'un rez-de-chaussée et d'un étage de comble à surcroît couvert d'un toit à croupes. L'étage de comble à usage de grenier est accessible par une gerbière installée sur la façade principale aspectée au sud. Les murs sont maçonnés en terre crue selon la technique de la bauge sur un solin en moellon de schiste d'une hauteur variable. Les encadrements des ouvertures sont en bois avec des linteaux en forme d'arc segmentaire, hormis pour la porte d'entrée de la façade sud qui possèdent des jambages en pierre de taille de calcaire (possible remploi).

Le moulin de Chouan sur la Vaunoise

Le moulin du Pont

Egalement sur la Vaunoise, en limite de Cintré, le moulin du Pont appelé naguère le moulin Jullien. Dans les années 1960, il est désaffecté et fait partie d'une ferme exploitée par la famille Delaunay.
[6]La construction du moulin du Pont remonte vraisemblablement à la première moitié du XVIIe siècle. Un cadran solaire présent sur le site porte l'inscription "Jullien Mesnil" ainsi que la date de 1632.
Ne figurant pas sur le cadastre de 1829, un nouveau corps de logis et un fournil ont été construits à proximité du moulin au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.
Depuis le site du manoir du Plessis situé en amont, le cours d'eau est dévié le long d'un bief afin d'alimenter la roue hydraulique du moulin. Le moulin est de plan rectangulaire composé d'un rez-de-chaussée et d'un étage de comble à surcroît destiné aux stockage, accessible par deux gerbières. Le bâtiment est élevé en moellon de schiste et couvert d'ardoises.
Au nord-ouest du moulin, une ferme de type longère est construite en terre crue selon la technique de la bauge, ainsi qu'un fournil.

Moulin du pont sur la Vaunoise

Le moulin de Cramoux

Enfin, le moulin de Cramoux, sur le Meu. Ce moulin est bel et bien situé sur la commune de Bréal mais il offre une vue si spectaculaire depuis la rive opposée que nous l'avons inséré dans cet article. Il se trouve à l'extrême limite de Mordelles ; le dernier meunier qui l'a exploité, Monsieur Panaget, est tellement connu à Mordelles que l'on peut comprendre que certains Mordelais se le soient approprié. L'extérieur est en très bon état ainsi que sa roue à aubes verticale. Il date du XIXe siècle et a remplacé un moulin plus ancien.
[7]Le moulin à eau de Cramoux est mentionné sur le cadastre de 1824. Le moulin actuel avec sa roue à aubes date du milieu du XIXe siècle ainsi que la ferme voisine.
L'élévation de la façade soignée avec des baies cintrées en brique, l'environnement de qualité bien préservé font de cet ensemble un site remarquable dans la commune. La propriété est actuellement divisée en deux lots, la ferme et le moulin à eau.

Le moulin de Cramoux sur le Meu

Situation d'ensemble (carte)

  • Les châteaux ont un marqueur bleu
  • Les moulins ont un marqueur rouge
  • L'église (repère de base) a un marqueur violet


NB : le nom du bâtiment apparait en passant la souris sur le marqueur

Chargement de la carte…

Source des photos

R. Birot (2012).

Notes et références

  1. Le Meu, une des deux rivières qui traversent Mordelles
  2. Ecole privée des garçons
  3. Père de Michel David
  4. La Vaunoise est un affluent du Meu
  5. Moulin de Chouan. Source : inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr
  6. Moulin du Pont. Source : inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr
  7. Le moulin de Cramoux. Source : inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr