Bandeau 10L.jpg
Vous êtes sur le site wiki.lemordelais.fr


Paul-Marie-Emile de Farcy

De Wiki lemordelais.fr
Aller à : navigation, rechercher
Ancien maire de Mordelles
Paul de farcy.jpg
Paul de Farcy
Région Drapeau-breton.jpg Bretagne
Département Armoiries-35.jpg Ille-et-Vilaine
Commune Armoiries-mordelles.jpg Mordelles
Naissance 8 juillet 1839
Décès 29 février 1928
Références
Rédacteur(s) I. Birot
Archives Voir "source des photos et textes"
Contact Email2.jpg




La famille de Farcy
Famille de Farcy

La famille de Farcy s'installe à Mordelles au XVIIe siècle. En 1647, Jacques Annibal de Farcy[1], fils d'Annibal de Farcy[2], huguenot, procureur fiscal et général des eaux et forêts du Comté de Laval, fait l'acquisition du château de La Villedubois[3]. Il achète également en 1653 avec trois de ses frères les forges de Bressilien et devient ainsi le maître des forges de Brocéliande. Cette tradition se poursuit pendant deux siècles.
Armand Paul Marie Ange, né en 1790, se situe au 20e degré dans la généalogie de la famille de Farcy. Il assure la fonction de maire de Mordelles de 1815 à 1830.
Outre ses fonctions politiques (également membre du conseil général d’Ille-et-Vilaine), Armand de Farcy est le dernier de sa famille à diriger les forges de Paimpont.
Il épouse demoiselle Cécile Julie Marie Hyacinthe Le Corgne de Bonabry. Il a une nombreuse descendance : parmi ses 10 enfants, figure au 7e rang Paul Marie Emile de Farcy, maire de Mordelles de 1874 à 1919.


Le chateau de la Chesnaie

Château de la chesnaie
Croix de mission (1920) à l'entrée du château de la Chesnaie

Paul Marie Emile de Farcy naît au château de La Villedubois en 1839 ; son père en étant le propriétaire de 1829 à 1850.
Au décès de son père en 1850, c'est Louis Marie Auguste, frère de Paul de Farcy qui reprend le domaine et le titre de comte. Paul de Farcy est alors vicomte de Farcy de La Villedubois.
Vers 1860, l'un de ses oncles, Aristide[4], fait construire à Mordelles le château de la Chesnaie. Il utilise les services de l'architecte Jacques Mellet[5], un ami de la famille de Farcy.
Un corps central flanqué de deux tours circulaires, confère à l'édifice un style Renaissance qui le démarque des autres châteaux mordelais.
Aristide n'ayant pas de postérité, à son décès en 1869, il lègue son château à son neveu Paul car ce dernier ne possède pas, à cette époque, de domaine de cette importance. C'est une réelle aubaine pour Paul de Farcy qui va ainsi résider au château de la Chesnaie jusqu'au 29 février 1928, date de son décès.
C'est ensuite sa fille Jeanne Louise Marie, seule survivante et dernière-née d'une fratrie de 4 enfants, qui hérite du château.
La croix de mission érigée en pierre et représentée sur la photo ci-contre se dresse toujours à l'entrée du château de la Chesnaye. Datant de 1920, elle est l'une des rares de la commune à porter une date.

Paul de Farcy

Louise Marie de la Rivière.
Armes des familles de Farcy et Le Corgne de Bonabry

Paul de Farcy est le fils d'Armand Paul Marie Ange et de Cécile Julie Marie Hyacinthe Le Corgne de Bonabry.
Ci-contre, une plaque de cheminée en provenance des forges de Paimpont représente les armes de leurs deux familles.
Paul Marie Emile de Farcy est issu d'une famille nombreuse. Il n'est pas le premier garçon à naître aussi ne porte-t-il pas le prénom Annibal. Il a 9 frères et sœurs, parmi lesquels Louis Marie Auguste, propriétaire du château de La Villedubois de 1850 à 1903 et à l'origine des nombreuses transformations dans cette propriété.
Les deux frères vont épouser deux sœurs ; ainsi, Paul de Farcy épouse le 23 avril 1864 Louise Marie de la Rivière tandis que Louis s'est déjà uni à Marie Aimée de la Rivière.
De son mariage avec Louise (portrait ci-contre) naissent 4 enfants Paul, Cécile, Roger et Jeanne.
Cécile meurt quelques jours après sa naissance tandis que ses deux fils Paul et Roger décèdent également très jeunes, le premier à 20 ans et le second à 30 ans.

Maire de Mordelles de 1874 à 1919

Plusieurs années avant la naissance de Paul de Farcy, Armand, son père, assure lui aussi la fonction de maire à Mordelles et ce, pendant 15 ans, de 1815 à 1830.
En 1873, l'assemblée nationale ayant voté le renouvellement de toutes les municipalités de France, le gouvernement, en vertu de cette loi, procéde à la nomination des maires et des adjoints[6].
Après s'être assuré de leur consentement, en janvier 1874, il désigne comme maire de Mordelles, Paul de Farcy et comme adjoint, Jean-Baptiste Dolivet.
Le 20 décembre 1874 est procédé à l'installation des membres du conseil élu en exécution du décret du Président de la République à la date du 4 novembre 1874.

Liste des maires de Mordelles de 1815 à 2020

Période Identité
1815 à 1830 Armand de Farcy
1838 à 1865 Julien Perret
1865 à 1874 François Veillard
1874 à 1919 Paul de Farcy
1919 à 1965 Robert de Toulouse-Lautrec
1965 à 1977 Emile Jeantil
1977 à 1989 Guy David
1989 à 1995 Guy Aufrère
1995 à 2014 Bernard Poirier
2014 - Thierry Le Bihan

A cette époque (fin XIXe, tout début du XXe siècle avant la première guerre mondiale), gérer une commune telle que Mordelles[7] consiste en priorité à venir en soutien aux familles nombreuses, aux enfants pauvres et aux vieillards infirmes et incurables. D'autres sujets tels que le développement des chemins vicinaux, les échanges de terrains, les réparations d'infrastructures sont également récurrents.
En parallèle, des projets plus novateurs émergent : l'ouverture de la ligne de tramways Rennes-Plélan passant par Mordelles, l'assainissement du bourg, la création d'une école publique de filles, l'installation d'un nouveau réseau téléphonique, l'éclairage du bourg.

Fervent défenseur de l'enseignement congréganiste

Paul de Farcy est connu pour promouvoir l'enseignement congréganiste.
En plus d'une école communale de garçons, deux écoles chrétiennes existent au XIXe siècle à Mordelles : l'école des filles créée en 1857 et l'école des garçons ouverte en 1872 à l'initiative de l'abbé Briand, alors curé de la paroisse.

Ecole libre de garçons, rue du Frère Emilien

En septembre 1874, l'école libre des garçons quitte le grenier à fourrage qu'elle occupe au centre du bourg pour se déplacer dans les locaux de l'école communale alors accolée au bâtiment de la mairie. Paul de Farcy a en effet décidé de confier l'école publique de la commune à un enseignant congréganiste, le Frère Emilien Picard.
Les lois de laïcisation de 1886, appliquées à Mordelles en 1890, ont toutefois pour conséquence la laïcisation de l'école communale. S'ensuit la construction, à la charge des catholiques, d'une nouvelle structure pour l'école libre de garçons[8] : le 6 octobre 1891, les élèves et leurs enseignants congréganistes font ainsi leur rentrée dans de nouveaux locaux situés dans la rue appelée aujourd'hui rue du Frère Emilien (Cf photo ci-contre)[9].
Pour les besoins de la cause, une société civile tontinière est créée, on lui attribue la propriété des nouveaux bâtiments et du mobilier.
Alors qu'une loi votée en 1905 ordonne la fermeture immédiate et la vente des écoles libres appartenant aux congrégations, Paul de Farcy intervient et accueille, dans son château de la Chesnaie, les frères instituteurs expulsés par la gendarmerie. Bien qu'étant la propriété d'une Société civile, l'école de Mordelles est considérée comme un bien de congrégation et saisie.
L'école reste toutefois peu de temps fermée car Paul de Farcy fait briser les scellés apposés sur la porte et y pénètre, déclarant aux agents de l'autorité qu'il s'y maintiendra envers et contre tout, ne se laissant expulser que par la force. L'école est alors réouverte[10].
Toutefois en juin 1907, la Cour d'appel de Rennes rend son arrêt et confirme la décision des juges : l'école est fermée une seconde fois et le Frère Emilien de nouveau expulsé.

Ecole Frere Emilien

Avec l'appui du député et président du conseil général, M. Brice, Paul de Farcy décide d'acheter les locaux et le mobilier de l'école des garçons, évitant ainsi leur leur liquidation. A partir du 19 novembre 1907, l'école libre des garçons de Mordelles devient ainsi la propriété de Paul de Farcy qui décide un peu plus tard, en 1910, de compléter les bâtiments scolaires en faisant construire une nouvelle classe et des chambres.

A l'origine de la construction d'une école publique de filles

En août 1902, le préfet demande au conseil municipal de Mordelles d'approprier, louer ou construire un local communal pour y établir une école publique de filles[11]
La décision est prise de construire un bâtiment au centre du bourg, en face de la mairie et donc à proximité de l'école communale de garçons (actuellement, en 2021, cet emplacement est dédié à un nouvel espace partagé appelé "le 38").[12].
A l'époque, l'étude du projet est confiée à l'architecte, Henri Mellet[13].
Les parcelles de terrain sur lesquelles seront édifiées la classe et la maison d'habitation de l'institutrice (au cadastre, propriétés n°90 et 93) appartiennent alors à Joseph Ridel et Paul de Farcy.
Entre la décision en 1906 et l'adjudication des travaux au maçon, Louis Guiheu[14], fin 1911, il s'est écoulé plusieurs années (longues négociations) et force est de constater une considérable augmentation des prix par rapport au devis initial.
Les travaux démarrent tout de même début 1912 avec pour objectif un accueil des élèves à la rentrée de septembre de la même année.
Le logement prévu pour l'institutrice, Mademoiselle Robert, est terminé au printemps 1913.
Ce projet place la commune dans une situation financière fort critique[15].

Favorable au développement du téléphone et du télégraphe

En 1906, le conseil municipal exprime le vœu que la commune de Mordelles soit reliée aussitôt que possible avec le réseau téléphonique.
Ce n'est qu'en 1909 que, suite à une circulaire émise à ce sujet par le préfet, le conseil approuve enfin le projet sachant que les frais d'installation seront à la charge de la commune. Il lui faudra fournir un local pour l'installation de la cabine publique et des appareils téléphoniques ; il lui faudra également rémunérer le gérant chargé de la gestion du bureau.

En 1914, on ne recense encore que 12 abonnés à Mordelles.
Les numéros sont attribués de la manière suivante :

  • le numéro 1 au docteur Georges Gateau
  • le numéro 2 au notaire Eugène Angot qui réside au domaine de la Perruche.
  • le numéro 3 à Hubert - Baudais, commerçant de grains, pommes et cidre en gros
  • le numéro 4 à Joseph Hubert, marchand de grains
  • le numéro 5 au comte Odon de Toulouse Lautrec du château de la Haichois
  • le numéro 6 au vicomte Henri de Farcy du Château de la Villedubois
  • le numéro 7 au maire Paul de Farcy du château de la Chesnaye
  • le numéro 8 au vicomte du Boberil du château du Molant (Bréal-sous-Montfort)

et le numéro 12 à la caserne de gendarmerie du domaine de l’Ecu.

Le réseau de Mordelles

Les tout premiers pas vers l'électricité

En août 1912, le conseil municipal décide pour l’hiver suivant de faire un essai d’éclairage au pétrole dans le bourg en y apposant cinq lanternes échelonnées sur toute la longueur de la rue principale.

Eclairage de Mordelles
En octobre 1912, l’éclairage du bourg est confié à la maison F. Parpaillon de Bordeaux, entreprise spécialisée dans l’éclairage exclusif des villes au gaz hydro-carburé moins coûteux que les autres systèmes existants à l’époque (huile, pétrole et schiste). Cette société éclaire déjà plus de 500 communes dans toute la France.

En janvier 1913, le service de l’éclairage fonctionne dans l'avenue principale de Mordelles. Un habitant payé par la commune et appelé "l'allumeur" est chargé de l’allumage et de l’extinction des becs de gaz des 6 lanternes installées.
Il procède à l’aide d’une longue perche destinée à atteindre un levier.
Le gaz est acheminé par bidon de 50 litres jusqu’à la gare de Mordelles. La commune prévoit 100 jours d’allumage par an avec une moyenne journalière de 3 heures. Les soirs de pleine lune, les lanternes restent éteintes.
Néanmoins, pendant la guerre, les pénuries d’essence et de combustibles imposent l’arrêt de l’éclairage qui ne sera rétabli totalement qu’en 1920.
En juin 1919, une société électrique ayant sollicité la concession de distribution d'énergie électrique à tous les usagers mordelais, Paul de Farcy explique qu'il y est favorable, argumentant qu'il n'en résultera aucune charge pour la commune de Mordelles et que ces nouvelles installations vont permettre à l'industrie locale de se développer.
S'ensuit donc une enquête sur ce projet qui conduit à des discussions sur les prix pratiqués (prix du kilowatt trop élevé par rapport au tarif pratiqué dans d'autres régions, coût des branchements proposés à certains particuliers à revoir, etc.).
Sous le mandat de Paul de Farcy, le projet ne restera bien entendu qu'au stade des discussions, l'arrivée de l'électricité dans les maisons mordelaises représentant un chantier de plusieurs dizaines d'années. En outre, suivant leur lieu d'habitation, les Mordelais devront plus ou moins patienter.

Impliqué dans le patrimoine

Paul de Farcy contribue à l'achèvement de l'église de Mordelles avec le concours de l'architecte Henri Mellet.

L’église de Mordelles
Blason famille de Farcy
En 1844, le projet de construction de l'église actuelle est à l'étude. Il est donc antérieur au mandat de Paul de Farcy sachant qu'il faudra encore 12 années de débats et de montage financiers pour que l'adjudication des travaux se fasse le 18 mars 1856.

L'architecte Jacques Mellet[16], proche de la famille de Farcy et ayant déjà répondu à plusieurs commandes de cette dernière, se voit chargé des plans ; il va donner à l'église actuelle un style néogothique très rare pour l'époque.
La construction de l'édifice se déroule en deux phases d'abord avec Jacques Mellet qui inaugure l'édifice partiellement achevé le 17 novembre 1861, puis avec Henri, son fils cadet qui, à partir de 1877, achève l'œuvre de son père en réalisant la tour du clocher ainsi que la flèche le 8 juin 1882. Bien que le plan d'origine ait été simplifié, l'achèvement de l'église nécessite plus de travaux que prévu : en effet, la partie supérieure de la tour s'est désagrégée au fur et à mesure du temps et des intempéries. Des travaux de consolidation et de réfection s'imposent et la commune doit contracter un nouvel emprunt début 1882. Paul de Farcy intervient alors en avançant, à titre privé et sans intérêts, une somme d'argent permettant à la commune de compléter l'emprunt et surtout de terminer les travaux.
Le retable de la Vierge est une œuvre du sculpteur rennais Jean Julien Hérault[17], datant de 1862-1863.
Quand on l'observe de plus près, on y distingue le blason de la famille de Farcy d'or fretté d'azur de six pièces, au chef de gueules, rappelant ainsi les liens étroits qui unissent l’architecte Jacques Mellet à la famille de Farcy.

Le monument aux morts

Dès le 20 octobre 1918, avant même la signature de l'Armistice, Paul de Farcy propose d'ériger un monument aux morts. Le comité formé à cette occasion envisage alors son implantation au sein de l'église paroissiale.
La volonté de construire un monument aux morts dans chaque commune, après la Grande Guerre, est une spécificité française. De ce fait, la France compte près de 36 000 monuments aux morts.
Pour les édifier, les communes ont l'obligation de respecter la loi de séparation des Églises et de l’État votée en 1905 ce qui explique que ceux-ci ne portent que très rarement des marques religieuses.
C'est le 16 juin 1921, sous la mandature de Robert de Toulouse-Lautrec, que la commission municipale en charge de l’étude du projet « plutôt que d’adopter le type courant de pyramide, colonne ou stèle, qu’on retrouve dans la plupart des communes, a fixé son choix sur « un Poilu en pied », symbolisant la résistance, d’une hauteur de 2,10 mètres et qui sera réalisé en fonte de fer bronzée ».
De même, elle a décidé de l’élever à l'extérieur de l'église, à l’extrême gauche de la place publique (actuelle place Saint-Pierre).

Garde général des eaux et forêts

Il assure cette fonction à Fougères. C'est une tradition dans la famille de Farcy.

Conseiller général d'Ille-et-Vilaine

Paul de Farcy est conseiller général du canton de Mordelles de 1877 à 1919, année de sa démission.
Lors des élections cantonales de décembre 1919, c'est Robert de Toulouse-Lautrec qui est élu à ce poste.

Galerie de photos

Source des photos et textes

Revue d'informations municipales (novembre 2014) et supplément à la revue Mordelles-Infos n°340 de mai 2011, site internet chateaudelavilledubois.com, Source gallica.bnf.fr/BnF (ressources généalogiques), site inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr, archives de la ville de Mordelles (relevé des délibérations du conseil), archives Anne-Marie Nédellec (collection privée), archives Marie Claire Piel, Gilles Herbreteau, R. Birot (photos en couleur et photos aériennes).

Notes et références

  1. Jacques Annibal de Farcy est né vers 1605. C'est l'un des 11 enfants d'Annibal de Farcy. Il a épousé Catherine de Gennes. Il est décédé en 1682.
  2. Annibal de Farcy est né en 1575 et décédé en 1650. Il a épousé Guyonne de Launay et a eu 11 enfants.
  3. Extrait du site internet chateaudelavilledubois.com. Château de La Villedubois, maison d'hôtes.
  4. Aristide Anne Marie Félix de Farcy de la Chesnaie (1795-1869).
  5. Jacques Mellet (1807-1876) à l'origine de la construction de près d'une vingtaine d'églises.
  6. Texte issu du document "historique de l'école chrétienne des garçons de Mordelles" (archives Marie Claire Piel).
  7. En 1915, la commune de Mordelles compte environ 2100 habitants.
  8. L'abbé Elie Villabon, vicaire de la paroisse, et Charles Esnault, propriétaire au lieu dit La Perruche, sont à l'origine de la construction de nouveaux locaux pour l'école privée afin de garder à Mordelles les Frères chassés de l'école communale désormais laïcisée.
  9. C'est dans ces nouveaux locaux que l'école libre de garçons a continué à fonctionner jusqu'en avril 1991.
  10. Texte issu du document "historique de l'école chrétienne des garçons de Mordelles" (archives Marie Claire Piel)
  11. Source : archives de la ville de Mordelles, relevé des délibérations du conseil.
  12. Le "service jeunesse" est situé au numéro 38 de l'avenue du Maréchal Leclerc.
  13. Henri Mellet (1852-1926) est le fils cadet de l'architecte Jacques Mellet. Il succède à son père et prend seul la direction de son cabinet lorsque Jules (1846-1917), son frère, devient moine.
  14. Louis Guiheu (1885-1915). Sa famille réside à Mordelles depuis le XVIIe siècle. Sapeur mineur pendant la 1ère guerre mondiale, il est mortellement blessé à Loos-en-Gohelle où il décède à l'âge de 30 ans le 9 mai 1915.
  15. Source : archives de la ville de Mordelles, relevé des délibérations du conseil.
  16. Architecte Jacques Mellet : 1807-1876.
  17. Jean Julien Hérault, sculpteur (1814-1888).